Recherche

Notre impact sur la société

Nos chercheurs travaillent sur maints sujets et ont différents impacts sur la société. 

En voici quelques exemples triés selon nos axes de recherche. 

Axe Usages de l'eauAxe Disponibilité de l'eauAxe Gouvernance et gestion de l'eau

Axe Usages de l’eau

Chercheur

Nature de la recherche

Impact sur la société

Politiques/pratiques adoptées suite à nos recherches

François Anctil, Université Laval

 

La modélisation hydrologique et les systèmes de prévision d’ensemble à court-moyen terme.

L’amélioration de la prévision des inondations et de leur impact socio-économique, et une meilleure anticipation de la disponibilité future de la ressource en eau.

 

Le MELCC s’inspire de ses travaux pour orienter l’amélioration du système opérationnel de prévision des inondations du Québec (INFO-Crue).

Simon Barnabé, UQTR

Production de microalgues dans des eaux usées.

Économie circulaire : aide à l’implantation de « ferme algale » pouvant jouer un rôle dans la sécurité alimentaire et s’intègre bien dans les cultures intérieures comme des serres sur des toits ou de l’agriculture verticale dans un contexte d’agriculture urbaine qui contribueront à la sécurité alimentaire et la production locale.

 

Satinder Brar, York U./INRS

La décontamination des eaux usées contaminées par les produits pharmaceutiques et leurs sous-produits.

Contribuer à contrer la résistance aux antibiotiques qui coûte des millions de dollars à notre économie (secteur santé).

 

Dominique Claveau-Mallet, Polytechnique Montréal

L’étude des technologies d’enlèvement du phosphore de l’eau usée domestique.

Ses recherches permettent de catalyser la R&D en industrie, afin de développer des technologies qui manquent cruellement dans le domaine de l’assainissement autonome. Ces technologies sont nécessaires pour réduire l’eutrophication des écosystèmes sensibles.

 

Rimeh Daghrir, Cégep de Saint-Laurent

En collaboration avec la compagnie Kourant, développement d’une technologie bio-électrochimique innovante pour le traitement et la désinfection efficace des biosolides ainsi que la déshydratation des boues municipales.

Réduction durable de la pollution due à la contamination des boues et production d’une énergie renouvelable (biogaz).

 

Une compagnie (Kourant) est née de cette technologie.

Dominic Frigon, Université McGill

Développement de nouveaux procédés de biotechnologie environnementale pour la récupération de l’énergie, du carbone et des nutriments des eaux usées.

Analyse génétique des communautés microbiennes dans les égouts et dans les systèmes de traitement des eaux usées.

Suivi génétique de la résistance aux antimicrobiens et de pathogènes comme le SARS-CoV-2 dans les systèmes d’eaux usées (épidémiologie basée sur les eaux usées).

Réduction des émissions de gaz à effet de serre, récupération de ressources de nos déchets organiques, et production de nouveaux produits organiques à valeur ajoutée.

Gestion intégrée des capacités biotechnologiques des systèmes d’eaux usées.

Meilleure information de la santé publique, et amélioration des technologies de traitement pour assurer la protection de la population contre les crises sanitaires.

Il est encore trop tôt pour affirmer que l’impact sera concret puisque nous sommes en plein dans la pandémie, mais les professeurs membres Frigon, Yargeau, Vanrolleghem et Dorner participent actuellement à un groupe de travail qui rédige des principes pancanadiens d’échantillonnage et de suivi pour l’épidémiologie basée sur les eaux usées (pour améliorer le suivi de la COVID-19, qui peut également servir pour le suivi de la consommation de certaines drogues).

Damase Khasa, Université Laval

L’hydrophytorémédation avec des plantes aquatiques.

 

La décontamination chimique et biologique des eaux, les plantes agissant comme véritables usines biologiques naturelles épuratoires à faibles intrants.

 

Reinhard Pienitz, Université Laval

 

L’étude paléolimnologique des écosystèmes aquatiques permet de fournir une référence de base pour évaluer l'amplitude des perturbations naturelles et humaines survenues dans un bassin versant. Exemple de projets récents : l’évaluation de l'impact des résidus d'amiante sur les lacs de la Haute-Bécancour dans la région de Thetford-Mines.

Les informations historiques à long-terme sont souvent d'une importance critique pour les décideurs lors du développement de stratégies adéquates et réalistes pour les plans d'assainissement et de restauration des cours d'eau et lacs, et pour la préservation de la qualité de l'eau.

Les études sur les causes et répercussions de l'eutrophisation des lacs Saint-Charles et Saint-Augustin ont eu un effet déclencheur (auprès des décideurs politiques) pour d'importants efforts de restauration de ces lacs dans la région de Québec.

 

Monique Poulin, Université Laval

Le développement d’approches pour planifier la conservation et la restauration des milieux humides, à l’échelle du bassin versant.

L’utilisation efficace des fonds afin de maximiser l’apport en services écologiques fournis, notamment en ce qui a trait à la gestion de l’eau.

Le MELCC l’a chargée, en mars 2012, d'évaluer l'ensemble du processus de gestion des zones humides du Québec et de fournir des recommandations pour définir la nouvelle Loi sur la conservation des milieux humides et hydriques.

Michèle Prévost, Polytechnique Montréal

Étude de la prolifération des bactéries pathogènes et de l’accumulation de métaux toxiques, comme le plomb, dans les conduites d’eau potable des grands bâtiments.

Déconfinement post-COVID : Guider les gestionnaires sur la marche à suivre pour la réalimentation de leurs édifices en eau.

Ses recherches sur le traitement des cyanotoxines dans l’eau ont permis de modifier adéquatement le Guide d'intervention pour les exploitants ou les concepteurs de stations de production d'eau potable municipales.

Ses travaux sur la présence de plomb dans l’eau potable sont utilisés mondialement pour la gestion des réseaux d’eau dans les bâtiments.

Sébastien Sauvé, Université de Montréal

L’étude du devenir environnemental, de la mobilité et de la biodisponibilité dans l’eau des contaminants dits « traditionnels » et des contaminants d’intérêt émergent.

Amélioration de la compréhension des effets et du devenir des contaminants émergents pour une meilleure protection de la santé humaine et des écosystèmes.

Son travail sur les contaminants d’intérêt émergent et son travail de vulgarisation scientifique contribuent à soulever l’intérêt des décideurs pour que de la recherche soit faite et que des actions soient prises.

Céline Vaneeckhaute, Université Laval

Le développement de technologies et d’outils d’aide à la décision pour la récupération des ressources de l’eau.

Le recyclage des ressources à haute valeur telles que les nutriments et la matière organique comme source d’engrais et d’énergie durable dans le contexte d’une économie circulaire.

La Ville de Québec a intégré la récupération des ressources des eaux usées (fertilisants) à son projet de biométhanisation grâce à elle.

Peter Vanrolleghem, Université Laval

La modélisation et le contrôle des processus des stations de récupération des ressources de l’eau (StaRRE).

Prévision de la qualité de l’eau des plages de Québec.

La réduction de la consommation d’énergie et de produits chimiques par les StaRRE tout en assurant le rejet d’eaux de qualité dans les cours d’eau et la récupération de produits à valeur ajoutée.

 

Le simulateur de StaRRE (West) qu’il a mis sur pied est un des quatre logiciels utilisés dans le monde par les consultants et les villes pour la conception de StaRRE.

En 2017, l’interdiction de baignade a été levée à la Baie de Beauport grâce à son modèle de prévision de la qualité de l’eau (Lévis et Trois-Rivières emboitent également le pas).

Axe Disponibilité de l’eau

ChercheurNature de la rechercheImpact sur la sociétéPolitiques/pratiques adoptées suite à nos recherches

Richard Arsenault, ÉTS

 

Prévision hydrologique et l’optimisation des réservoirs hydroélectriques

L’amélioration de l’efficacité de nos centrales hydroélectriques et la production de davantage d’énergie propre avec la même quantité d’eau et avec les retombées économiques et environnementales.

Hydro-Québec adapte l’opération de ses centrales au changement climatique grâce à ses travaux.

Marie-Amélie Boucher, Université de Sherbrooke

L’amélioration des systèmes de prévision des crues au Québec et au Canada afin de pouvoir mieux se préparer aux inondations.

Réduction de l’impact humain et matériel des inondations.

 

 

Développement d'une méthode d'assimilation des observations de neige par filtre particulier spatialisé en cours d’implantation à la Direction de l'expertise hydrique du Québec afin de produire des cartes journalières d'équivalent en eau de la neige pour la prévision opérationnelle des inondations. ECCC souhaite également implanter cette méthode opérationnellement. 

Développement d'un système de prévision hydrologique d'ensemble et d'un modèle de réservoir maintenant utilisé opérationnellement chez Produits Forestiers Résolu pour la gestion des barrages de la rivière Shipshaw.

Tadros I. Ghobrial, Université Laval

Les risques d’inondation des rivières par les embâcles de glaces.

Sauver des vies et réduire les conséquences économiques des inondations.

 

Son poste de professeur est payé par le ministère de la Sécurité publique pour aider à gérer les embâcles et prévenir les inondations.

Sylvain Jutras, Université Laval

L’amélioration de la mesure de la neige en forêt.

L’amélioration de la cartographie à haute résolution des milieux hydriques et des milieux humides.

Amélioration de la prévision des crues printanières au Québec, et donc de la sécurité publique.

Développement de meilleurs outils de plus en plus indispensables pour le développement durable du territoire municipal au Québec.

ECCC s’appuie en bonne partie sur ses travaux pour compenser la sous-captation de la neige à ses stations de mesures automatiques.

Robert Leconte, Université de Sherbrooke

La télédétection au service de la ressource hydrique.

 

La télédétection constitue une source inestimable à la gestion des ressources hydriques, en particulier là où les stations de mesure des données hydrométéorologiques sont en faible quantité ou manquante.  Jumelée aux modèles hydrologiques et de gestion, elle permet de mieux gérer les stocks d’eau dans les réservoirs et d’anticiper les crues et étiages.

La compagnie Rio Tinto utilise les résultats de ses travaux de recherche sur la télédétection de la neige à l’échelle du bassin versant pour la gestion du Lac St-Jean et du réservoir Nechako (C.-B.) afin de maximiser la production hydroélectrique tout en respectant les contraintes physiques, environnementales et sociales/économiques (ex : mitigation des inondations).  Hydro-Québec prévoit entreprendre avec l’IREQ un projet pilote afin de valider ses travaux de recherche sur l’altimétrie radar pour aider à la gestion d’un complexe hydroélectrique avec réservoirs.

John Molson, Université Laval

Hydrogéologie; modélisation numérique de l'écoulement de l'eau souterraine et du transport des contaminants.

La protection des puits d'approvisionnement et des ressources en eau souterraine contre la contamination, dont les bactéries et les virus. Le développement de méthodes novatrices pour délimiter les aires de protection des puits va maintenir une gestion durable et va protéger la santé de tous.

Sa contribution à l’établissement du portrait régional des eaux souterraines sur le territoire de la CMQ a mené à une meilleure connaissance du contexte hydrogéologique régional et la mise sur pied d’une base de données régionale ayant servi à l’adoption de pratiques d’exploitation durable des eaux souterraines de la CMQ.

Il a contribué à la mise à jour du Guide de détermination des aires de protection des prélèvements d’eau souterraine et des indices de vulnérabilité DRASTIC (MEnv).

Daniel Nadeau, Université Laval

Mesure et modélisation des échanges d’eau et d’énergie entre les écosystèmes naturels des milieux nordiques et l’atmosphère.

Meilleure gestion de la disponibilité de l’eau et amélioration des modèles hydrologiques et météorologiques.

 

Taha Ouarda, INRS

La modélisation d’estimation des risques d’inondations dans un cadre de changements climatiques.

Meilleure préparation aux inondations et donc une réduction des dommages causés par celles-ci.

Ré-estimation des cotes de crues de la Communauté métropolitaine de Montréal et de différentes MRC.

Redimensionnement des systèmes de drainage urbain dans certaines grandes villes telles qu’Abu-Dhabi.

Julie M. Thériault, UQÀM

La modélisation et mesure de la quantité et du type de précipitation lorsque les températures sont proches du point de congélation.

Amélioration de nos connaissances sur les mécanismes physiques menant à la pluie verglaçante et la neige mouillée ainsi que les transitions pluie-neige afin de mieux anticiper leur évolution. 

La représentation de la pluie verglaçante et du grésil est présentement implantée dans le modèle de prévision météorologique canadien. Elle sera éventuellement utilisée pour faire les prévisions météorologiques quotidiennes.

René Therrien, Université Laval

Modélisation de la quantité et qualité des eaux souterraines et des eaux de surface.

Développement d’outils de détermination de la vulnérabilité à la contamination des sources d’eau potables des municipalités du Québec pour les appuyer dans la mise en place de mesures de protection de leurs sources d’eau.

Il a développé des outils de détermination de la vulnérabilité des sources d'eau potable pour la Ville de Québec.

Il a coécrit un rapport d’expert pour le Canadian Council of Academies (Sustainable Management of Groundwater in Canada) qui a été utilisé par plusieurs provinces lors de l’élaboration des règlements pour la gestion et protection des eaux souterraines.


 

Axe Gouvernance de l’eau​​​​​​​

ChercheurNature de la rechercheImpact sur la sociétéPolitiques/pratiques adoptées suite à nos recherches

Paule Halley, Université Laval

Le droit de l’eau au Québec : statut juridique, usages, protection, gestion et gouvernance.

Une meilleure compréhension de l’encadrement juridique de l’eau, l’amélioration des politiques publiques et l’amélioration de la prise de décision par les gestionnaires gouvernementaux.

 

Dans le cadre de l'évaluation environnementale stratégique sur le gaz de schiste, elle a rédigé et publié 7 études qui ont toutes été reprises dans le rapport du Comité de l’ÉES et dans le rapport du BAPE.

Jie He, Université de Sherbrooke

La valeur économique de la qualité de l’eau.

 

Une meilleure gestion de la qualité de l’eau favorise la production agricole biologique au Québec, ce qui permet un retour d’intérêt pour les produits fabriqués au Québec, donc bon pour la relance de l’économie du Québec après COVID-19.

Ses travaux sur l’impact économique des changements climatiques au Lac Saint-Pierre (LSP) donnent des arguments dans les discussions avec les États-Unis pour faire augmenter le niveau d’eau dans le LSP.

Marc-André Labelle, Cégep de Saint-Laurent et Richard Villemur, INRS

Le Centre des technologies de l’eau (CTE) rattaché au Cégep de Saint-Laurent a initié, avec les villes de Laval et de L’Assomption et le laboratoire de recherche de Prof. Villemur, un projet pour suivre le SARS-CoVid-2 dans les égouts et eaux usées à la Ville de Laval.

Orienter les décisions de la santé publique concernant la COVID-19.

Les villes de Laval et de L’Assomption adopteront de nouvelles façons de faire suite aux informations de suivi de la COVID-19 révélées par leurs recherches.

Alain Létourneau, Université de Sherbrooke

Acteurs et pratiques de la gouvernance de l’eau : vers une éthique de la responsabilité partagée.

Mieux connaître les réseaux d’acteurs impliqués sur des territoires donnés dans la gouvernance de l’eau suppose de travailler sur plusieurs échelles spatiales interreliées. Se centrer sur certains épisodes marquants ou sur des scénarios crédibles (par exemple, une inondation) aide à repérer les maillons faibles et forts du réseau, dans le but de mieux planifier, d’assurer et de renforcer les services à rendre par l’ensemble de la collectivité concernée. Parler de gouvernance en réseau implique d’arriver à se coordonner avec une multiplicité d’acteurs, ce qui demande des communications et suppose des intérêts parfois convergents, mais pas toujours.

Il a travaillé en interdisciplinarité avec une équipe de recherche liée au suivi des actions du COGESAF (organisme de bassin versant), puis s’est impliqué avec un comité de lac. Son rôle d’animateur de recherches et observateur du terrain a permis la théorisation de cette gouvernance collaborative (rédaction d’un article) et a aidé les deux organismes à parvenir à ses fins.

Jean-Michel Lemieux, Université Laval

L’hydrologie des eaux souterraines.

Une gestion durable de l'approvisionnement en eau potable de l'archipel des Îles-de-la-Madeleine, où l'eau souterraine est l'unique source d'approvisionnement en eau potable.

Ses travaux aux Îles-de-la-Madeleine permettront d’assurer aux citoyens de la région un approvisionnement en eau potable alors que la qualité des eaux souterraines inquiète à cause de l'érosion des berges et la montée de l'eau salée.

Justin Leroux, HEC

L’étude des modalités de financement des services d’eau.

Une gestion plus efficace, plus équitable et pérenne des infrastructures et de la ressource eau au Québec.

 

Hugo Tremblay, Université de Montréal

Étude des cadres juridiques applicables aux ressources hydriques et à la protection des écosystèmes aquatiques.

Encourager l'intégration des meilleures pratiques et des connaissances scientifiques dans le domaine du droit par la suggestion de pistes de réforme du cadre juridique. Contribuer à faciliter la gestion des conflits entre usagers de la ressources et des réponses du droit face aux changements climatiques par une meilleure compréhension des contraintes juridiques.

Co-rédaction avec Prof. Halley de la description de la législation québécoise encadrant les activités d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste au Comité de l’évaluation environnementale stratégique dans le cadre de l'évaluation environnementale sur le gaz de schiste.

Amaury Tilmant, Université Laval

Analyse et gestion des systèmes hydriques.

Optimisation des systèmes de production d’énergie hydroélectrique afin d’augmenter la valeur des actifs physiques. Évaluation de la capacité d’adaptation des systèmes hydriques québécois aux changements climatiques en vue de limiter des investissements dans de nouvelles infrastructures hydrauliques (barrages).

Il a travaillé avec l’UNESCO à élaborer des lignes directrices pour sur le partage des ressources d’eau entre utilisateurs (Jordanie, Éthiopie, Zimbabwe…). Il a développé des méthodologies pour évaluer le coût de la non-coopération dans les bassins hydrographiques internationaux.

Louise Vandelac, UQÀM

Examen des politiques publiques, des dispositifs d’évaluation et d’encadrement visant à réduire les coûteux impacts sur les écosystèmes et la santé des nutriments et des toxines d’origine agricole affectant les cours d’eau et le St-Laurent.

Face à la triple crise du climat, de la biodiversité et des évènements extrêmes, de nouvelles approches ainsi que l’analyse des stratégies et des mesures de prévision, de précaution et d’organisation peuvent contribuer à en réduire la gravité des impacts et des coûts socioéconomiques.

L’analyse terrain des impacts des grandes cultures intensives d’une partie de la Montérégie sur les cours d’eau agricoles et leurs rejets dans le Saint-Laurent incite à intervenir en amont pour réduire les impacts sur le Saint-Laurent et leurs coûts associés. L’analyse des politiques publiques et des données internationales, européennes, et nord-américaines permet d’éclairer les meilleures stratégies. 

L’examen des fragilités des développements et infrastructures urbaines, industrielles et agricoles et la mise en œuvre de solutions inspirées par l’écologie industrielle, la production propre et le biomimétisme peuvent atténuer les impacts négatifs sur les ressources hydriques, des crises du climat, de la biodiversité et des évènements extrêmes.