CentrEau

Une perte en eau accélérée par les changements climatiques dans les tourbières

11 mai 2020

Une recherche internationale sur les changements climatiques révèle une perte d'eau accélérée dans les tourbières du nord qui menace d'intensifier les incendies et le réchauffement climatique

Professeur Daniel Nadeau, de l'Université Laval, est un membre régulier de CentrEau et est l'un des 59 auteurs de cette publication. Voir la publication »

HAMILTON, ON, le 11 mai 2020 - Un groupe de 59 scientifiques internationaux, dirigé par des chercheurs de l'Université McMaster du Canada, a découvert de nouvelles informations sur les effets distincts des changements climatiques sur les forêts boréales et les tourbières, qui menacent d'aggraver les feux de forêt et d'accélérer le réchauffement climatique .

Manuel Helbig et Mike Waddington, de la McMaster’s School of Geography and Earth Sciences, ont recueilli des données d’observation auprès de collaborateurs de divers pays du biome boréal. Leur étude sur la façon dont les écosystèmes perdent de l'eau dans l'atmosphère paraît aujourd'hui dans la revue Nature Climate Change.

Le détail sans précédent de leur travail a mis en évidence des différences dramatiques dans la façon dont les forêts et les tourbières régulent la perte d'eau dans l'atmosphère dans un climat qui se réchauffe, et comment ces différences pourraient à leur tour accélérer le rythme du réchauffement.

La plupart des modèles climatiques mondiaux actuels supposent que le biome est entièrement constitué de forêts, une omission qui pourrait sérieusement compromettre leurs projections, dit Helbig.

« Nous devons tenir compte du comportement spécifique des tourbières si nous voulons comprendre le climat boréal, les précipitations, la disponibilité de l'eau et l'ensemble du cycle du carbone », dit-il.
« Les tourbières sont si importantes pour le stockage du carbone et elles sont si vulnérables. »

Jusqu'à présent, dit Helbig, il n'avait pas été possible de saisir une vue aussi complète de ces dynamiques du cycle de l'eau, mais avec le soutien de la Global Water Futures Initiative et la participation de tant de partenaires de recherche au Canada, en Russie, aux États-Unis et en Allemagne. et en Scandinavie, une nouvelle compréhension se fait jour.

À mesure que le climat se réchauffe, l'air devient plus sec et peut absorber plus d'eau. En réponse au dessèchement de l’air, les écosystèmes forestiers - qui constituent la plupart des régions boréales naturelles du monde - retiennent plus d’eau. Leurs arbres, arbustes et herbes sont des plantes vasculaires qui absorbent généralement le dioxyde de carbone et libèrent de l'eau et de l'oxygène par les pores microscopiques de leurs feuilles. Par temps plus chaud et plus sec, cependant, ces pores se ferment, ce qui ralentit l'échange pour conserver l'eau.

Avec les lacs, les tourbières et tourbières spongieuses constituent le reste du paysage boréal. Les tourbières stockent de grandes quantités d'eau et de carbone dans des couches de mousse vivante et morte. Ils servent de coupe-feu naturels entre les sections de forêt, tant qu'ils restent humides.

Les mousses des tourbières ne sont pas des plantes vasculaires, donc à mesure que le réchauffement se poursuit, elles sont plus sujettes au dessèchement. Contrairement aux forêts, ils n'ont aucun mécanisme actif pour se protéger de la perte d'eau dans l'atmosphère. La déshydratation expose leurs réserves de carbone denses à une décomposition accélérée et les transforme des coupe-feux en propagateurs d'incendie, comme le montrent les recherches précédentes du laboratoire d'écohydrologie de Waddington.

Les tourbières plus sèches signifient des feux plus grands et plus intenses qui peuvent libérer de grandes quantités de carbone dans l'atmosphère, accélérant le réchauffement climatique, dit Helbig.

« Il est crucial de tenir compte de la perte d'eau accélérée des tourbières dans un climat qui se réchauffe alors que nous projetons ce qui arrivera au paysage boréal au cours des 100 à 200 prochaines années », dit-il.

Pour organiser une entrevue avec Manuel Helbig : helbigm@mcmaster.ca ou 865-287-0962.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Wade Hemsworth
Manager, Media Relations
McMaster University

289-925-8382

hemswor@mcmaster.ca

Michelle Donovan                                                             
Manager, Media Relations                                  
McMaster University                                                         

905-512-8548

donovam@mcmaster.ca